Notre-Dame-du-Château

La légende de la statue

Le culte à cette vierge est très ancien. Il date du XIV e siècle.

La légende veut que cette statue, grossièrement taillée dans un cep de vigne, ait été apportée à Tarascon par un pieux ermite nommé Imbert en 1380. L’ermite est parti de son village de Vallouise, dans les Hautes Alpes, pour la soustraire  aux Vaudois qui sévissaient dans cette région.

Il avait choisi Tarascon, bien connue des habitants de Vallouise, car grâce à un pèlerinage qu’ils avaient accompli, quelques dizaines d’années auparavant, au tombeau de Sainte Marthe à Tarascon en 1348, la peste avait été enrayée dans leur village.

Après un long voyage, par des voies secondaires peu fréquentées, Imbert arrive à Tarascon et dépose sa statue dans une chapelle près du Château, la statue prend le nom de Notre-Dame-du-Château.

Les habitants du quartier incommodés par l’afflux de pèlerins, dû à la renommée de la statue, demandèrent qu’on la mette ailleurs. Leur demande fut entendue, la statue fut placée dans une chapelle du XIIe siècle située à 2 lieues de la ville, sur un plateau avancé des Alpilles, à Saint-Etienne-du-Grès. On les obligea  à construire un ermitage pour abriter le gardien de la statue. Depuis cette chapelle s’appelle  Notre-Dame-du-Château.

Au pays de l’olivier, la statue est  actuellement une petite statue en pin (et non pas en cep de vigne)  qui porte sur son bras droit un enfant, de style habituel des madones gothiques. Y aurait-il eu 2 statues successives ? C’est une petite énigme..

Quoi qu’il en soit l’antique Madone réside dans ce sanctuaire depuis 1420

La procession

La coutume au XVe était de porter des statues lors de la procession des Rogations*. Pour la statue de Notre-Dame-du-Château, les fidèles de Tarascon prirent l’habitude de chercher leur statue le dimanche qui précède les Rogations et la descendre  en procession à Tarascon. Cette manifestation était l’objet d’une fête pour la région qui s’est perpétuée depuis.

Chaque année, le dimanche qui précède l’Ascension, les Tarasconnais vont chercher la statue dans la chapelle de Notre-Dame-du-Château, où tôt le matin est dite une messe en plein air, suivie d’une procession vers l’église de Saint-Etienne-du-Grès. Après un repas festif, vers 17h, la procession se dirige  vers Tarascon. La statue est accueillie solennellement dans la collégiale Sainte Marthe. Elle y est vénérée pendant 40 jours avant d’être ramenée à Saint-Etienne-du-Grès. La lourde responsabilité de l’organisation du pèlerinage est confiée à  2 prieurs nommés chaque année. En 2021 la procession aura lieu le dimanche 9 mai.

La Chapelle

La Chapelle Notre-Dame-du-Château se dresse sur un piton rocheux à l’est du village de Saint-Etienne-du-Grès, sur le versant nord des Alpilles et domine toute la plaine. Elle est construite près de l’emplacement d’un oppidum romain. Ses caractéristiques romanes suggèrent qu’elle date du XIIsiècle. De forme carrée elle est soutenue par quatre contreforts. Vers l’est une habitation, pour un ermite,  est appuyée contre la chapelle.

Actuellement l’intérieur est entièrement peint en blanc. L’autel datant du XIIe siècle a été retrouvé au début de ce siècle et remis à sa place.

Sur le chemin de la Chapelle, il y a eu une dizaine d’oratoires. Il en reste 2 : un au-dessus du canal des Alpines et l’autre sur le raidillon conduisant à la chapelle. Chapelle et oratoires sont inscrits à l’inventaire des monuments historiques.

La chapelle n’est ouverte que lors de la procession du dimanche avant l’Ascension.

Article de Robert de Greling , membre de la confrérie de Notre-Dame-du-Château (prieur en 1983 ) et de Marie-Gabrielle Schweighofer , présidente de LACA